Trump controlled by Mossad

Fitzpatrick Informer

donaldtrumpghislainemaxwell Donald Trump and Mossad asset Ghislaine Maxwell out on the town in New York City in 1997.

Part I | Part II | Part III | Part IV | Part V

By Timothy Fitzpatrick
October 29, 2016 Anno Domini

Part I

Any inquisitive person should be asking themself why a seemingly anti-establishment candidate like Donald Trump has been allowed to get as far as he has in the U.S. presidential race for election November 8.

The simplest answer is that he isn’t anti-establishment and is only fronting a very convincing facade for public consumption.

The family-made rich man has been strategically propped up as the all-accommodating GOP extremist opponent of candidate Hillary Rodham Clinton, herself part of the very same establishment and even personal friend to Trump—at least prior to the race.

The two candidates come from the same organized criminal syndicate that leads back to Israel, its murderous…

Voir l’article original 4 451 mots de plus

L’aliénation parentale dans les décisions de justice

comite cedif

Le conflit parental, une cause de placement  

De plus en plus de cas de séparations conflictuelles des parents amènent à des placements de leurs enfants dans les structures de l’ASE.

La justification arguée de tels placements réside en la notion de maltraitances psychologiques vécues par les  enfants lors d’une guerre parentale. Difficile de remédier à une telle situation pour le CEDIF puisque l’affrontement parental prime sur la dénonciation des manipulations souvent ourdies par les sociaux afin d’envenimer davantage le conflit.

L’argument de la maltraitance psychologique

Pour éviter le pire aux enfants c’est justement la notion de maltraitance psychologique qu’il convient de mettre en cause lorsqu’elle est évoquée à tout bout de champs.

Ainsi, nous avons pu tomber dernièrement sur une décision de justice dans laquelle des enfants ont été sauvés d’un placement sous les motifs de ce qu’ils se seraient adaptés à une guerre parentale et que…

Voir l’article original 325 mots de plus

L’un des maîtres à penser de Charles de Gaulle : Helmuth Karl Bernhard, comte von Moltke

Charles de Gaulle en vrai...

Résumons les positions doctrinales de Charles de Gaulle en 1913, en rappelant qu’il est alors un jeune lieutenant de 23 ans : il faut payer l’impôt pour garantir la situation acquise par les rentiers de l’État, dont le sort se trouve ainsi lié directement à la victoire de la France. Le petit soldat, bien armé et bien encadré, pourra faire son travail dans les meilleures conditions techniques et psychologiques, etc. ; et sauver la propriété, son lopin de terre aussi bien, s’il est lui-même un petit paysan parcellaire.

Le texte que nous étudions pour l’instant, cette conférence prononcée devant des officiers subalternes de l’armée française, émane d’un homme encore très jeune, et qui n’avait, pour l’heure, aucune expérience directe de la guerre. Il a, devant lui, toute une vie pour démentir sa position de départ, et nous sommes disposés à lui faire tout le crédit nécessaire pour la suite…

Voir l’article original 460 mots de plus

Crown Scuttles Iran Deal, Killed Kennedy & Did 911

Left Hook by Dean Henderson

Yesterday’s announcement by Crown agent Donald Trump that the US would pull out of the Iran nuclear deal known as the Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA), is a disappointment for Iranian & American people alike, who share a strong historical and cultural affinity.  Both of these revolutionary nations have been targeted by the medieval City of London cult for destruction.

Voir l’article original 1 393 mots de plus

La France contre les robots de Bernanos : une apologie de la vie intérieure

Les Orwelliens

Cet article a été publié sur le PHILITT le 11 janvier 2016.

Publié en 1947 après les deux grands conflits mondiaux, La France contre les robots de Georges Bernanos met en garde les hommes contre la civilisation des machines dont l’objectif est de nier l’existence de l’âme et donc d’abolir la liberté.

Georges Bernanos Georges Bernanos

Dans La France contre les robots, Bernanos accuse la civilisation moderne d’être « une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure ». Si l’ouvrage s’attaque tout particulièrement au règne de la technique engendré par l’âge industriel, c’est bien la mentalité moderne dans son ensemble qui doit être interrogée, car la civilisation des machines n’a été rendue possible que par un long processus philosophique, anthropologique et économique. Mais précisons d’emblée : l’antimodernisme de Bernanos a ceci d’orignal qu’il est une apologie de la liberté.

Dans le cadre de cette critique, l’ancien camelot du roi…

Voir l’article original 796 mots de plus