Netanyahou « brandit un revolver qui, chacun le sait, est vide » – Uri Avnery

Réseau International

topelementBenyamin Netanyahou a suscité en moi un sentiment de pitié. De mes 10 ans de membre de la Knesset, je sais comme c’est désagréable de parler devant une salle vide.

Ses partisans purs et durs – un résidu pathétique de magnats de casino et de sionistes fêlés d’extrême-droite – se sont assis dans la galerie et une délégation israélienne pour la façade s’est assise dans la salle, mais ils ne font que souligner le vide général. Déprimant.

Quelle différence avec la réception du président Hassan Rouhani! La salle était alors bondée, le Secrétaire général et les autres dignitaires sont descendus de leurs sièges pour le féliciter à la fin, les médias internationaux n’en avaient que pour lui.

Une grande partie du malheur de Netanyahu n’était pourtant due qu’à la malchance. C’était la fin de la séance, tout le monde était impatient de rentrer chez lui ou aller faire du shopping…

View original post 1 341 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s